A+
A-

Un Rendez-vous réussi!

Catégorie: Divers
Québec

Nous sommes partis un jour de printemps, et c’est en plein hiver que nous arrivons au Québec. Pour plusieurs d’entre nous, c’était la première visite de l’Amérique du Nord et aussi la première neige. Nous décidons tout de suite de faire, dans les jours qui suivent, une longue marche sur les plaines d’Abraham enneigées. Nous, ce sont les éditeurs des quatre coins du monde, de l’Espagne, de la Turquie, de la Chine, du Brésil et de l’Allemagne, invités au Salon international du livre de Québec dans le cadre du programme Rendez-vous de Québec Édition. Pendant quatre jours, on nous fera découvrir le Québec et la littérature québécoise.

L’accueil est d’une générosité incroyable, et nous avons mille questions: Qui sont les auteurs les plus intéressants? Quels sont les auteurs classiques qu’il faut connaître? Quels sont les auteurs classiques qu’il faut faire découvrir chez nous? Quels sont les sujets qu’ils abordent? Quel rôle joue le livre électronique? Comment ça, il n’y a pas de prix unique?

Ce qui suit, c’est un cours intensif – ou bien un tourbillon. Nous visitons le salon du livre et discutons avec des éditeurs, des journalistes, des auteurs, tout au long des journées. Et le soir, dans les bars, on compare nos notes. Tu as vu le stand des Éditions Alto? Tu as parlé avec Felix des Éditions du Quartanier? Il faut absolument. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a lu Métis Beach? Ça doit être magnifique. La fiancée américaine est un livre formidable, est-ce que vous osez le traduire?

Nos hôtes inlassables nous montrent la ville de Québec et nous font découvrir la libraire Pantoute. Quelle merveille! Nous trouvons de tout: poésie, essais, nouvelles – il nous semble que les lecteurs prennent la littérature au sérieux. Peut-être à cause de l’enthousiasme et de la passion des éditeurs qui ne cessent de lancer des livres courageux. On nous explique qu’il y a des règles et des lois qui permettent aux libraires et éditeurs indépendants de prospérer. C’est la grande diversité qui nous impressionne le plus. Quelle richesse!

La veille de nos départs, c’est la fête spectaculaire dans une église. Il y a une foule énorme, mais après quatre jours au salon du livre, nous constatons que nous connaissons déjà pas mal de monde. En rentrant à l’hôtel aux petites heures du matin, nous nous rendons compte qu’on a oublié de faire une marche dans la neige des plaines d’Abraham – mais peu importe, on va découvrir l’histoire et la nature du Québec dans les livres.

Le lendemain, nous nous mettons en route vers l’aéroport pour rentrer dans nos pays et, au printemps, sur nos tablettes des dizaines de livres, dans nos «tablettes» des manuscrits électroniques et, dans nos carnets, beaucoup d’adresses pour en parler.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]

Des occasions précieuses

27 janvier 2017, par

Cela ne fait pas si longtemps qu’on peut avoir accès au Québec […]

L’urgence et la patience

Un livre, c’est beaucoup de sueur, d’adrénaline, de temps… Le romancier Jean-Philippe […]