A+
A-

Un coup de main de la ministre

Catégorie: Divers
Plan-Livre-carrousel

Vous avez sans doute tous entendu parler du Plan d’action sur le livre qui a été dévoilé par la ministre Hélène David vendredi dernier. Ce plan, le milieu l’attendait et le réclamait depuis belle lurette, et il fait suite aux demandes répétées de la chaîne du livre de venir en aide aux librairies indépendantes. Le voici donc, ce plan. Et comme tout plan, il est certainement perfectible, mais je crois que nous nous devons de souligner la volonté de la ministre et de son gouvernement d’aider la chaîne du livre à un moment où les défis sont immenses. Alors que presque tous les autres secteurs subissent des coupures et font face à des mesures d’austérité, la ministre de la Culture du Québec donne toutes les indications qu’elle croit à l’importance de la place qu’occupe le livre dans notre culture. Nous en avons eu une première démonstration il y a un mois, dans le dernier budget provincial, alors que le crédit d’impôt pour l’édition de livres a été rétabli aux niveaux antérieurs aux coupes budgétaires de juin 2014.

Il est ainsi normal que les mesures proposées par ce plan visent principalement la librairie. Mais on y retrouve également des mesures qui sauront être utiles aux éditeurs en ayant un effet positif sur la visibilité de nos livres, sur nos ventes et sur notre santé financière : il y aura des fonds pour l’acquisition de livres (papier et numériques) dans les bibliothèques publiques (ça, ça ne peut pas nuire!); des campagnes de promotion pour la librairie et la littérature québécoise ainsi que des activités dans les bibliothèques et autres lieux d’animation du livre, dont les médias sociaux (plus les livres sont vus, plus on risque d’en vendre!); un allégement de la gestion du crédit d’impôt qui se concrétisera par une plus grande accessibilité et des économies de gestion (moins de paperasse, c’est bon pour le portefeuille!) de même qu’une valorisation des outils Memento et Gaspard qui les rendront beaucoup plus performants et fiables pour les éditeurs (meilleure information, c’est aussi bon pour le portefeuille!).

Bien sûr, comme tout plan, c’est dans son application qu’on pourra en mesurer l’efficacité. Vous pourrez compter sur vos représentants « anéliens » pour assurer un suivi diligent et sérieux de la démarche et faire en sorte que nos objectifs soient atteints.

Avec tout cela, les libraires sont satisfaits. C’est déjà ça d’acquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]

L’humour transcende les générations

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », […]

L’édition québécoise et le monde francophone

14 juin 2017, par

Alors qu’il y a 400 ans, les explorateurs français voyaient l’Amérique comme […]