A+
A-

Salon du livre de Genève 2016

Catégorie: Divers
Lise_Demers_Florence_Morin

Près d’une semaine depuis mon retour du Salon du livre de Genève 2016, je ressens encore la formidable énergie que m’a procurée cet événement. À quoi est-ce dû?

D’abord, de voir des lecteurs revenir me demander les nouveautés de Sémaphore et me parler des livres achetés l’an dernier (mentionnons que c’est la troisième fois que Sémaphore va à Genève).

Ensuite, de rencontrer des gens curieux de la littérature québécoise, avides de lire des auteurs qui leur sont inconnus, bref, de découvrir de nouveaux horizons.

Enfin, de constater que la présence d’un auteur fait vraiment toute la différence. Ainsi, la disponibilité, l’entregent et la simplicité de Florence Morin lui ont valu, comme le soulignait Richard Prieur, « la palme de la première prestation exceptionnelle comme auteure à ce Salon […]. Tous les exemplaires de Machine et machinations (Sémaphore) ont trouvé preneur! Bravo!»

À cela, évidemment, s’ajoutent les rencontres hors Salon avec d’autres éditeurs, traducteurs ou auteurs avec qui s’amorcent de possibles collaborations.

Être au Salon de Genève c’est, comme pour tous les Salons, avoir les pieds ronds et la voix enrouée en fin de journée. Et pourtant, les journées ne sont pas fastidieuses, grâce à la formidable équipe de Québec Édition (chapeau à Dominique Janelle, Sylvain Neault et René Paquin!), férue de littérature québécoise, professionnelle et aguerrie du lectorat suisse. Grâce, aussi, à l’ambiance de joyeuse camaraderie et d’entraide efficace qui, cette année encore, s’est créée entre les gens de Québec Édition et les éditeurs, les auteurs et les représentants d’éditeurs présents dans le stand.

L’an prochain, le Québec sera l’invité d’honneur à Genève et c’est sûr que Sémaphore y sera. Pour revoir ses lecteurs et en rencontrer d’autres, pour participer au rayonnement du Québec en faisant découvrir la richesse de la littérature québécoise, des polars aux essais, en passant par la poésie, et pour vivre l’expérience d’un Salon convivial unique en son genre. Et, soyons sérieux, pour manger de la fondue!

Photo de Lise Demers en page d’accueil: Martine Doyon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Partout la culture – Politique québécoise de la culture : Présentation de l’ANEL

Partout la culture – Politique québécoise de la culture Présentation de l’ANEL […]

L’humour transcende les générations

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », […]

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]