A+
A-

Rendez-vous de l’histoire à Blois

Catégorie: Divers
IMG_8175_web

À peine rentrée des Rendez-vous de l’histoire à Blois, je ne sais pas si c’est l’éditrice ou l’auteure qui en revient la plus comblée. Le thème choisi pour cette 16e édition était la guerre, ce qui emballait particulièrement l’historienne de la guerre de Sept Ans en Amérique que je suis.

C’était ma deuxième expérience et j’ai vraiment adoré. J’y allais surtout comme auteure car j’y présentais un livre que je codirige avec Denis Vaugeois et Laurent Veyssière, 1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique. Nous avons aussi participé à une table ronde sur le sujet dans une salle du château. L’événement permet aux historiens qui travaillent sur un même sujet de confronter leurs points de vue. Mon interprétation de la guerre de Sept Ans y a beaucoup gagné. L’histoire est une matière malléable et M. Vaugeois me rappelait qu’un historien, je ne me souviens plus lequel, l’a déjà comparée à une promenade en bateau : on voit toujours la même chose mais d’un point de vue sans cesse différent. En sortant par la porte principale après la table ronde, j’ai eu une pensée pour mes proches qui auraient sans doute été plutôt fiers à ce moment. J’ai également eu le plaisir de dédicacer tous les livres que j’avais apportés dans ma valise.

Qu’est-ce que j’ai donc fait pendant ces 3 jours? J’ai entre autres assisté au dîner des historiens au château, visiter des librairies, dont celle de livres anciens Lionel Leroux où j’ai déniché une perle du XIXe siècle pour mes recherches, assisté à des conférences, rencontré des collègues éditeurs français, mes auteurs présents à l’événement, des historiens éminents mais tellement généreux comme Edmond Dziembowski, conclu des ententes. J’ai vu une exposition très intéressante sur les armes de l’âge de bronze à l’ère atomique présentée au musée de l’Armée. C’est aussi un moment parfait pour aller chercher l’inspiration : au salon du livre, j’ai pris en photos plusieurs couvertures de livres que j’aimais bien. Le salon témoigne d’ailleurs de la bonne santé de la discipline, tous les éditeurs en histoire tiennent à être présents, de même que des institutions passionnantes comme l’Historial de la Grande Guerre. Le stand de Québec Édition n’est pas en reste et illustre la variété de la production québécoise. Un mot sur les gens qui viennent nous y voir : ils sont très réceptifs – c’est le moment parfait pour échanger – et ce n’est pas rare qu’ils repartent avec un livre ou deux. Assister aux Rendez-vous, c’est enrichissant et ce n’est pas un cliché de le dire.

L’atmosphère dans la ville est tellement particulière, on parle histoire partout, dans les restaurants, dans la rue, dans les commerces. Le programme au cinéma est aussi un incontournable, que des films historiques liés au thème de chaque édition, le rêve! Les gens me disaient : « Vous avez fait tout ce chemin pour assister à l’événement? » et c’est là que je commençais à leur énumérer tous les points positifs que j’ai cité dans ce billet. En terminant, je ne peux passer sous silence le dynamisme de madame Hélène Renard, responsable du salon du livre, et du directeur des Rendez-vous, Francis Chevrier. Je tiens aussi à souligner le travail des libraires de la Librairie du Québec, des professionnels du livre mais aussi des personnes qu’il fait bon de revoir à chaque occasion.

 

(Les opinions exprimées sur les blogues de anel.qc.ca sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’Association nationale des éditeurs de livres ou de sa direction. Soucieuse de la libre opinion, l’ANEL ne corrige pas les affirmations ou déclarations des auteurs indépendants ou des commentaires qu’elles suscitent. Elle s’assure cependant que le ton des textes et commentaires demeure en tout temps respectueux.)

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Nous étions UN

Nous étions mille cinq cents bien en vue sur les présentoirs, notre […]

Lire comme on respire

Le livre: un bien de première nécessité… S’il fallait choisir entre un […]

« La lecture est un droit fondamental pour tous », Wally de Doncker, président d’IBBY

En lisant les différentes chroniques et critiques de ce numéro de Collections, […]