A+
A-

Pourquoi «Les Rencontres québécoises» en Haïti?

Catégorie: Divers

Mémoire d’encrier a dix ans. Depuis mars 2003, date de la fondation de la maison, notre mission a toujours été de penser et/ou de repenser l’altérité: comment être plus grand que soi? Comment écrire et comment fabriquer des livres? Mais encore, osons le questionnement : comment changer le monde? Ou simplement, comment vivre ensemble? Cette dernière question est fondamentale, à moi, à mes pensées et à mes désirs. Pour pouvoir regarder le monde. Pour pouvoir abattre les frontières.

Pourquoi convier le Québec en Haïti à l’occasion du 10e anniversaire de Mémoire d’encrier? Peut-être parce que d’une terre à l’autre, j’ai le sentiment étrange d’un rendez-vous raté, une part manquante dans cette Amérique qui est nôtre. Quelques heures après le séisme du 10 janvier 2010,  Dany Laferrière disait : «Quand tout tombe, il reste la culture.» Le mot est alors lancé. La culture est ce qui maintient en vie.

Pour reprendre une expression du poète Aimé Césaire, comment être solitaire et solidaire? Travailler en toute indépendance, mais garder toujours en vue la question collective, le NOUS à construire : nous habitons un lieu (dans mon cas, c’est plus difficile… Je porte tant d’îles en moi) et aussi une somme de responsabilités, qui nous mettent toujours en lien, qui font que nous soyons toujours des êtres de relation.  

C’est au nom de cette relation que j’ai initié «Les rencontres québécoises». Depuis, dix-huit mois, le projet prend corps jusqu’à cette belle synergie où auteurs, éditeurs, libraires, lecteurs vont débattre avec leurs pairs, en Haïti, des enjeux littéraires et de notre présence au monde.

Je me suis jeté à fond dans ce projet, car secrètement, je vous l’avoue, je savais que Haïti pouvait offrir, en dehors d’un nouveau marché d’exportation au livre québécois, aux compagnons d’Amérique, cet autre soleil de la conscience, cet imaginaire de la résistance, cet éveil à la culture, à la littérature, en dépit de la fragilité de la vie au quotidien.

Alors, amis, conscient de ce nouveau combat afin de mieux habiter le monde, je vous invite, fort de cette fraternité agissante, à participer aux Rencontres québécoises en Haïti.

Rodney Saint-Éloi

Auteur et éditeur de Mémoire d’encrier

 

Rencontres québécoises en Haïti

Les Rencontres québécoises se dérouleront du 1er au 8 mai, à Port-au-Prince et dans trois autres départements du pays. Une vingtaine d’auteurs québécois et de professionnels du livre auront l’occasion de rencontrer des écrivains, des lecteurs, des professeurs de littérature et des jeunes lecteurs affranchis en Haïti. Plusieurs partenaires en Haïti sont impliqués, dont la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), où auront principalement lieu les rencontres. Québec Édition organisera, à Port-au-Prince, un stand collectif pour la vente de livres et des séances de signature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]

Des occasions précieuses

27 janvier 2017, par

Cela ne fait pas si longtemps qu’on peut avoir accès au Québec […]

L’urgence et la patience

Un livre, c’est beaucoup de sueur, d’adrénaline, de temps… Le romancier Jean-Philippe […]