A+
A-

#moiaussi – rapports de pouvoir et abus dans l’édition

Le 25/10/2017

#moiaussi – rapports de pouvoir et abus dans l’édition

Nous avons tous et toutes été secoué.e.s par les révélations des dernières semaines, par cette parole qui s’est libérée pour dénoncer les agressions et harcèlements sexuels, dans le monde du cinéma, du spectacle et… aussi de l’édition.
Notre milieu, tissé serré s’il en est un, n’est pas à l’abri de ces rapports de pouvoir qui rendent possibles des comportements d’abus. Les #moiaussi dans le milieu de l’édition, malheureusement, existent…

Ces derniers jours, le Québec est en quelque sorte sonné. Tout d’un coup, le cauchemar vécu par des femmes et des hommes victimes a éclaté au grand jour. Des carrières ont basculé, des agressions ont été dénoncées, des plaintes déposées, des colères exprimées… et nous sommes rapidement conscients que ce n’est que le début. Et maintenant?
En tant qu’éditrices, éditeurs, nous avons notre examen de conscience à faire. Que font le livre et l’édition? Ils rendent publique la parole en offrant une tribune aux auteur.e.s de tout âge pour y présenter leur récit, leur histoire, qu’ils s’engagent à faire circuler.  Paradoxalement, c’est dans ce lieu où la parole doit être libre que surgissent, encore, des histoires trop longtemps tues.

L’éditeur n’a-t-il pas toujours eu un rôle d’éducation au sein de la société, n’a-t-il pas au fil des années combattu la censure, les abus, les inégalités et encouragé la liberté d’expression? Ce rôle doit aujourd’hui continuer.

En tant qu’association, nous nous sentons interpelés par cette situation et nous ne voulons pas rester les bras croisés. Le bureau de direction ainsi que la permanence de l’ANEL souhaitent d’abord exprimer toute leur solidarité avec les victimes. Et en tant qu’éditeurs, éditrices, dans notre milieu de travail, nous devons nous atteler à un changement profond de culture.

Nous sommes encore en quête de la formule qui nous ressemble, qui nous permette de traverser ces moments difficiles avec intelligence. Si aujourd’hui, nous n’avons pas encore trouvé le mécanisme qui serait le plus pertinent, sachez que nous y travaillons. À travers ces quelques mots qu’exige la gravité de la situation, nous voulions partager avec vous notre préoccupation.

Parce que nous aimons profondément ce métier, ce milieu, et que nous aimerions que tout le monde puisse s’y sentir mieux.

Le bureau de direction
Nicole Saint-Jean, présidente, Élodie Comtois, vice-présidente, Arnaud Foulon, secrétaire-trésorier, Simon de Jocas, représentant de Québec Edition
Richard Prieur, directeur général
Karine Vachon, directrice générale adjointe et directrice des salons et foires
La permanence de l’association

Articles récents

Zoé Boudou : grande gagnante de «Livre-toi : concours booktube»

Le 20/11/2017

La grande gagnante de « Livre-toi-concours booktube » a été dévoilée par Catherine Girard-Audet, auteure et porte-parole du concours, samedi[...]

Prix littéraires des enseignants de français 2017 - Annonce des lauréats

Le 16/11/2017

Les lauréats des Prix littéraires des enseignants de français ont été annoncés au Salon du livre de Montréal. Les membres[...]

Prix littéraires des enseignants de français - Les lauréats annoncés au Salon du livre de Montréal

Le 16/11/2017

Les lauréats des Prix littéraires des enseignants de français seront annoncés le jeudi 16 novembre 2017 à 17 h sur[...]