A+
A-

Mon carnet de notes du DBW2014

15 janvier 2014, par
Catégorie: Divers
images-1

Stéphane Cormier est présentement à New York pour LA conférence sur le livre numérique, la Digital Book World 2014. En vrac, voici ses notes, parfois très techniques, des deux premiers jours de conférence.

 

Lundi

J’ai assisté à des ateliers pour les spécialistes de production/design de livres numériques. Au menu :

- Les bonnes pratiques en ePub3. La sémantique du HTML5 ‒ sur laquelle s’appuie le ePub3 ‒ étant très précise, le conférencier insiste sur l’importance d’un code clair : en plus de maximiser les résultats sur les différentes plateformes, cela simplifiera la tâche de ceux qui viendront ultérieurement modifier les fichiers (pour leur ajouter du contenu interactif, par exemple). Le CSS aussi doit être utilisé rigoureusement afin de styliser les éléments. Plusieurs autres intervenants dans la journée insisteront eux aussi sur la clarté de l’écriture. (Ressources informatives sur le ePub sur le site de la compagnie du conférencier.

- Les bonnes pratiques en typographie. (Le conférencier souligne qu’avec la montée du numérique il a vu une résurgence d’aberrations typographiques.) L’utilisation efficace des polices OTF et TTF. Avec le ePub au format fixe et le ePub3, les éditeurs incluent de plus en plus de polices dans leurs fichiers et certains principes de base (comme l’utilisation des vraies italiques, par exemple) doivent être respectés.

- Deux conférenciers d’Adobe donnent des conseils pratiques en lien avec l’exportation ePub à partir d’Indesign. Ils répondent aussi à plusieurs commentaires négatifs formulés par les utilisateurs, en expliquant les problématiques auxquelles ils sont confrontés, InDesign étant un logiciel conçu avant tout pour l’impression. (Il est vrai que le passage des mesures fixes du papier aux mesures relatives pour les ePub « adaptatifs » n’est pas toujours chose facile, j’ai pu l’expérimenter souvent.) La version CC (Creative Cloud) apporterait des améliorations mais, ne l’ayant moi-même jamais utilisée, je m’abstiendrai de commenter.

- Deux conférencières chez Wiley présentent le travail accompli pour optimiser les processus de production de leurs ePub3 enrichis, les nombreux tests accomplis sur pas moins de 20 appareils de lecture, les problèmes rencontrés et quelques solutions retenues. (Atelier pour initiés, qui peut traiter d’une problématique aussi pointue que le piège que peut recéler l’attribut epub:type aside en ePub3 sur la rétrocompatibilité en ePub2. Bref, du jargon.) Le ePub3 devient une norme.

 

Mardi

- Des données sur le marché du livre numérique (principalement anglo-saxon, présentées en vrac et assez rapidement) par Nielsen Book:

  •   Le marché est assez mature : 21% de pénétration au Royaume-Uni. Il n’y a plus d’augmentation spectaculaires des ventes.

  •   La fiction commande 60% de part de marché.

  •   Les jeunes lisent de moins en moins pour le plaisir ou la détente. Ils font la part belle aux autres formes de contenus numériques.

- Un conférencier parle de l’importance de l’auteur comme vecteur de fidélisation de la clientèle, qui compterait pour au moins 1/3 dans la décision d’achat. Son étude traite surtout des auteurs de best-sellers pour adultes. Lee Childest un auteur qui a le talent de faire en sorte que ceux qui ont lu ses livres déclarent vouloir lire le suivant. John Green est cité comme un exemple en développement de lectorat (jeune adulte) par sa magie en matière de création d’événement.

- De Marque fait une superbe présentation de ses services sur l’heure du midi !

- Le directeur de la production chez O’Reilly fait un long exposé sur ses processus de production basés sur le HTML5. (Encore ! Sujet compréhensible en fonction du principe suivant : la production ne devrait plus être pensée en fonction du papier mais du contenu, qui peut se décliner en plusieurs formats, et même différer d’un format à l’autre. Le HTML5 est l’outil idéal pour la réalisation et l’exportation en ePub, en PDF, en Web, etc.) Pour faciliter le processus en amont (entendre ici : l’auteur) la maison développe une interface conviviale. Elle invite les éditeurs à en faire l’expérience.

- Un panel parle du Common CoreState Standard Initiative, une norme qui veut standardiser les objectifs d’apprentissage des élèves américains. Le numérique est au centre de cette vision. Les professeurs et les bibliothécaires ont besoin de beaucoup de contenus pour les appareils mobiles (les écoles achètent des iPad par millions semble-t-il…), du contenu fragmenté et des « bundles ».

- Un autre panel se penche sur le marché numérique pour la jeunesse. Quelques constatations :

  •  Les adolescents se montrent moins intéressés par le ePub que leurs aînés ;
  •    Les catégories dans le livre numérique pour les jeunes semblent plus perméables que dans le livre papier. Beaucoup de jeunes adultes achètent même du livre considéré comme « jeunesse ». L’importance de documenter largement ses publications avec des métadonnées de qualité est soulignée ;
  •  La fiction est ce qui cartonne le plus, et c’est encore plus vrai chez les filles. Les petits garçons lisent moins que les filles (rien de neuf à ce sujet…) ;
  •   La publication numérique à compte d’auteur est sensiblement plus forte dans le jeunesse que dans les autres secteurs, les auteurs branchés arrivant à capturer une part du lectorat. Cela incite des éditeurs établis à lancer des initiatives du genre Swoon Reads (Macmillan) pour fidéliser des lecteurs, certes, mais aussi recruter des auteurs qui pourraient leur échapper ;
  • Une des panélistes a fondé cette boîte qui prend des positions intéressantes sur le livre et son futur.

 

Finalement, voici la liste des gagnants (et des finalistes) du Digital Book Awards 2014. À noter, les maisons d’éditions, dont quelques-unes sont des joueurs essentiellement numériques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]

Des occasions précieuses

27 janvier 2017, par

Cela ne fait pas si longtemps qu’on peut avoir accès au Québec […]

L’urgence et la patience

Un livre, c’est beaucoup de sueur, d’adrénaline, de temps… Le romancier Jean-Philippe […]