A+
A-

L’humour transcende les générations

Catégorie: Divers
19389397_10155267134156221_1982776483_n

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », disait Woody Allen. Pourtant, la lecture du présent numéro de la revue Collections nous prouve que non seulement l’humour a une place de choix dans la littérature québécoise et franco-canadienne, mais également que plusieurs auteures et auteurs en font leur terrain de prédilection.

Depuis bientôt quinze ans, aux éditions FouLire, nous croyons fermement aux vertus du rire à travers la lecture. Nombreux sont les lecteurs récalcitrants que nous avons vus se surprendre eux-mêmes à dévorer un livre avec amusement et émerveillement. Cette réalisation – l’acte de lire ne doit pas nécessairement relever de la corvée –, est souvent salvatrice et crée, tous les jours, de nouveaux lecteurs dévoués, avides d’histoires drôles, amusantes et parfois même rocambolesques. Certes, le marché déborde d’œuvres sérieuses et troublantes. Or, en feuilletant ce numéro, on constate avec bonheur que l’humour s’immisce désormais avec aisance sur les tablettes des librairies et des bibliothèques.

La diversité de l’offre est sans doute l’aspect le plus enthousiasmant. À chacun son style, à chacun son bouquin. De l’humour irrévérencieux des Éditions de ta mère à l’absurde touchant des planches de Zviane, en passant par les confidences désarmantes de Jérémy Demay, tout le monde peut facilement y trouver son compte. Ceux qui ont envie de se dilater la rate peuvent maintenant le faire en toute impunité, sans avoir à se tourner uniquement vers les recueils de blagues. L’humour regagne ses lettres de noblesse en se décuplant sous toutes les formes possibles, au travers des divers rayons de livres, et constitue plus que jamais une richesse au sein de notre littérature et de notre identité.

Évidemment, et fort heureusement, les éditeurs jeunesse continuent d’encourager la production de romans et d’albums à saveur humoristique. Nous nous réjouissons, bien sûr, de voir que les jeunes favorisent de plus en plus des ouvrages qui les amusent, qui les font sourire, rire, et s’esclaffer. La lecture est un atout essentiel au développement et, à l’ère des tablettes et des téléphones intelligents, il est bon de les voir s’émerveiller avec autant d’engouement devant un livre. À travers l’humour, nous pouvons les happer et bâtir toute une génération de lectrices et de lecteurs passionnés. C’est aussi une occasion en or pour n’importe quel adulte de se dérider un peu et de lire avec les jeunes. Après tout, il n’y a pas d’âge pour se faire raconter une bonne histoire hilarante, et il est bien connu que l’humour a un pouvoir rassembleur incontestable.

Si l’article de Marie-Maude Bossiroy nous rappelle tout le sérieux et tout le travail qu’exige l’écriture comique, il fait également la lumière sur l’importance qu’occupe le plaisir parmi nos bonheurs de lecture. « Les livres les plus marquants sont ceux qui ont suscité le plus d’éclats de rire », écrit-elle. D’où la nécessité de ce numéro spécial de Collections. Nous nous distinguons par l’humour. C’est ancré en nous, depuis l’enfance, et ça transcende les générations.

Alors, amusez-vous bien d’une page à l’autre de cette revue. Notez les livres qui vous font de l’œil et surtout, osez! Osez l’humour! Vous serez rarement déçu.

 

Yvon Brochu et Patrick Isabelle

Éditions FouLire

Ce texte a été publié dans Collections, vol. 4, no. 3,  juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]

L’édition québécoise et le monde francophone

14 juin 2017, par

Alors qu’il y a 400 ans, les explorateurs français voyaient l’Amérique comme […]

Nous étions UN

Nous étions mille cinq cents bien en vue sur les présentoirs, notre […]