A+
A-

L’empreinte de ce que nous sommes

Catégorie: Divers
C1-Collections_vol3-1_histoire-politique

Histoire et politique au Québec. La double trame d’une société jeune qu’on n’a pas fini de découvrir. Une mosaïque complexe de cultures, de traditions et de savoirs, d’événements marquants et de courants d’idées qui ont jalonné le développement de ses institutions.

Si nous pouvons nous désespérer du rétrécissement du champ des possibles de la politique, notre littérature nous force de constater que nombre d’acteurs sociaux, intellectuels et culturels d’ici combattent les pouvoirs du statu quo qui souhaitent nous emprisonner sur une île à la dérive d’un fleuve du tout au marché et nous abandonner au cœur du golfe, sans feu ni lieu.

Dans ce numéro de Collections, vous retrouverez les moments forts et les nouveaux étendards d’une production littéraire vivante et dynamique, de plus en plus assumée et décomplexée. Le rappel que notre existence prend racine dans une histoire, des raisons d’agir et un territoire si particuliers.

Entre autres articles, Nicholas Giguère retrace le rôle de l’imprimé dans la diffusion de l’histoire sociale au Québec : un portrait fascinant d’un milieu littéraire et politique fort en revendications et bien ancré dans l’ère des bouillantes années 1960 et 1970. Mais comme le mentionne avec raison Annabelle Moreau, le retour sur les événements historiques et politiques ne se limite pas aux essayistes. La fiction n’est jamais demeurée en reste, comme en témoigne une riche production à cet égard. René Paquin se penche sur les ouvrages à caractère historique, alors que Patrick Neault nous propose une sélection d’essais récents qui décortiquent l’actualité. Alice Liénard fait quant à elle œuvre utile en mettant en lumière une sélection d’ouvrages jeunesse qui font la part belle à l’histoire : documentaires, biographies et albums pour petits lecteurs curieux et nouvelles lectrices friandes de découvertes.

Dans un monde marqué au fer rouge de l’instantanéité et de l’éphémère, le devoir de mémoire attribué à tout peuple ne peut se passer d’institutions culturelles fortes. Il ne faudrait surtout pas oublier qu’à une époque pas si lointaine, le Québec se permettait de porter des gens de lettres au pouvoir. Et que c’est en partie grâce aux combats de ces pionnières et de ces pionniers que nous pouvons aujourd’hui compter sur des politiques permettant une production littéraire nationale aussi forte et diversifiée ainsi que sur un réseau de bibliothèques publiques de qualité qui en garantissent un accès démocratique.

Histoire et politique au Québec. La double trame d’une société jeune qu’on n’a pas fini de bâtir. Le témoignage que, malgré une histoire souvent mise en attente, il n’y a pas crainte à avancer tête haute au cœur du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]

L’humour transcende les générations

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », […]

L’édition québécoise et le monde francophone

14 juin 2017, par

Alors qu’il y a 400 ans, les explorateurs français voyaient l’Amérique comme […]