A+
A-

L’édition de livres à l’ère numérique : une place à définir et des ponts à créer

Catégorie: Divers
liseuse

Je suis membre du conseil d’administration de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) et à ce titre préside le Comité numérique, technologie et innovation depuis le mois de septembre. C’est avec plaisir que j’ai accepté ce mandat, car le numérique me passionne étant moi-même éditrice de livres interactifs. Mais soyons honnêtes, je ne me doutais pas de l’étendue des sujets traités par ce comité! Que ce soit pour aller à la rencontre de nouveaux lecteurs, ici comme ailleurs, en développant par exemple un système d’impression à la demande, réfléchir et collaborer à la création de nouvelles formes de récits, mettre en place un système de prêt numérique en bibliothèque scolaire ou assurer une meilleure visibilité de nos livres sur les plateformes numériques, les sujets traités par le comité sont très variés. 

Évidemment, je suis consciente que le mot « numérique » en horripile encore plusieurs dans le milieu livre. Je comprends, car à son arrivée, nous ne pouvions prédire l’impact qu’il aurait sur notre secteur, un secteur qui, malgré un dynamisme indéniable, évolue dans un contexte où le moindre bouleversement peut avoir des conséquences importantes. 

Mais juste ici, entre nous, pouvons-nous avouer que le fameux « Grand Bateau » du numérique n’est finalement jamais passé et que la vague n’a pas tout renversé? Même si la vigilance est de mise lorsque l’on aborde les questions de bibliodiversité sur les plateformes numériques (souvent étrangères) et les enjeux de commercialisation, pouvons-nous dire haut et fort que nous n’avons plus peur et que nous sommes prêts à relever les défis et surtout à tirer profit des occasions que nous offrent les technologies? Il est temps d’embrasser les possibles du numérique! 

De mon côté, je progresse dans ce vaste champ où je tente de faire les bons liens entre tous ces projets et les nombreuses réflexions mises de l’avant par les membres du comité, mais également par l’ensemble des acteurs du secteur du livre. C’est dans cet esprit qu’Éveline Favretti (chargée de projet à l’ANEL) et moi avons réalisé du 19 au 23 mars dernier une première mission d’exploration des pratiques numériques dans le domaine du livre à Paris. 

Avec un agenda rempli de rencontres stimulantes, mes nouveaux vestons et moi étions prêts à bien représenter l’ANEL et ses membres! Et hop, les rencontres se sont succédé; Nicolas Rodelet du Labo de l’Édition, Flore Piacentino responsable de la Commission numérique pour le Syndicat national de l’édition, Agnès Alfandari du département digital de l’Institut français, Catherine Peyrot de l’agence de développement économique et d’innovation Paris & Co, Françoise Colaitis du pôle de transformation numérique Cap Digital, Laurent Le Meur du laboratoire de recherche sur le livre numérique EDRLab, en plus de quelques rencontres avec des entrepreneurs travaillant sur des concepts innovants dans le domaine du livre ainsi que des visites d’incubateurs. 

Bon, après réflexion, c’était peut-être un agenda un peu ambitieux, je mentirais si je vous disais que je suis revenue de cette mission en grande forme… MAIS! Si c’était à recommencer, je referais la même chose. Pourquoi? Parce que cette mission m’a rassurée en me permettant de constater que les mêmes questionnements résonnent de l’autre côté de l’océan : Comment mieux utiliser le numérique pour servir le livre papier? Comment déployer le storytelling en prenant en compte la multitude de nouvelles formes et supports numériques? Où trouver le financement? Quel modèle économique permet de soutenir le développement de contenu interactif? Les grandes productions numériques trouvent-elles leur public? Quels sont les meilleurs modèles pour le prêt numérique? 

J’allais à Paris pour chercher des réponses et je suis revenue avec les mêmes questions. Cependant, en réalisant que nous sommes confrontés aux mêmes défis, ces questions pèsent maintenant moins lourd. Et si nous nous posons les mêmes questions, c’est probablement parce que nous en sommes au même point de la réflexion. Mauvaise nouvelle me direz-vous? Absolument pas, car même si les réflexions sont semblables, notre façon de les aborder diffère. C’est pourquoi, collectivement, nous pouvons aller plus loin. Les échanges ont donc été riches et motivants et le désir de les poursuivre est bien réel. Oui nous sommes revenues sans réponses, mais avec de nouvelles idées plein la tête et de nouveaux partenaires avec qui échanger. 

De plus, c’est avec étonnement que je réalise que cette mission numérique m’a permis de découvrir des initiatives innovantes dans le secteur du livre au Québec. Certains organismes français sont engagés dans des initiatives québécoises que nous connaissons trop peu. Nous sommes donc revenues avec une liste d’organismes bien de chez nous ayant des démarches intéressantes et pertinentes qui recoupent les réflexions du comité numérique de l’ANEL. 

Alors, mon constat le plus important est simplement qu’on gagnerait à se parler. Créer des ponts entre les deux continents, bien sûr, mais également sur notre propre territoire. Cette démarche est la première d’une série qui, j’en suis certaine, permettra aux éditeurs de participer davantage aux discussions publiques et de développer des projets originaux répondant aux besoins de notre secteur sans chercher à innover seulement parce que le mot « innovation » nous est présenté comme étant le nouveau Messie! 

Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Conjuguer Lire et Courir

« Mens Sana In Corpore Sano » nous répétaient sans cesse père […]

TechForum 2018 : Du bon usage de la technologie et des biscuits

23 mai 2018, par

Qui a dit que les événements geeks ne pouvaient pas attirer un […]

Maximiser une présence aux salons du livre… et maximiser son potentiel grâce à l’ANEL

J’avais très hâte d’assister au séminaire organisé par l’ANEL : Maximiser une présence […]