A+
A-

Le #SLO2014, un salon d’envergure

5 mars 2014, par
Catégorie: Divers
015

Le Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF) était présent au 35e Salon du livre de l’Outaouais (SLO) avec 11 éditeurs, 42 auteurs et quelques centaines de livres. Pour le RECF, le SLO est un salon d’envergure et pas seulement pour des raisons commerciales. Trois de nos membres présents dans le stand sont basés à Ottawa et plusieurs des auteurs en dédicaces proviennent de la région. Des auteurs se sont déplacés depuis le Manitoba et le Nouveau-Brunswick pour être présents à cette fête du livre.

Les journées scolaires, soit le jeudi et le vendredi, des classes entières d’enfants défilent le jour, mais la plupart sont au salon par obligation et ne sont pas nécessairement intéressés par les livres. On aide les enfants perdus et on répond aux questions du genre « Tsé le livre de la fille qui parle du gars ? »  Certains élèves cependant sont heureux d’être parmi les livres, j’ai déjà entendu une jeune fille dire lors d’un autre salon que c’était le plus beau jour de sa vie. Le jeudi soir, le RECF et l’Association des auteurs et auteures de l’Ontario français (AAOF) ont organisé un cocktail dans le stand même du RECF, une belle excuse pour trinquer parmi les nouveautés de la saison. Le vendredi le SLO a eu de la grande visite : Madame Pauline Marois et son entourage.

Le samedi et le dimanche ont été des journées très occupées, comme à l’habitude. J’ai eu l’impression qu’il y avait plusieurs nouveaux visiteurs au SLO : plusieurs personnes, beaucoup plus que d’habitude, n’étaient pas au courant qu’il fallait payer pour les livres au stand où ils sont exposés. C’est peut-être bon signe, le SLO attire de nouveaux lecteurs qui ne sont pas familiers avec la culture d’un salon.

J’ai entendu à plusieurs reprises les auteurs affirmés pendant les quatre journées du SLO à quel point c’est un salon convivial à dimensions humaines, ni trop gros ni trop petit. Le travail des bénévoles est apprécié de la part des exposants, particulièrement le service d’eau (on se déshydrate facilement dans les salons à force de se promener avec des piles de livres et de parler aux visiteurs).

Bref, le SLO 2014 a été un excellent salon pour le RECF et ses membres. Les visiteurs ont été nombreux et ils ont été plusieurs à approcher les auteurs pour découvrir leurs univers littéraires. Je ressens que les gens d’Ottawa-Gatineau éprouvent un sentiment de fierté à se procurer des livres produits et écrits par des gens de leur communauté, et ça, c’est tout à leur honneur.

Caroline G. Boudreau, directrice adjointe et responsable des communications du Regroupement des éditeurs canadiens-français

Caroline G. Boudreau est originaire de Timmins, au Nord de l’Ontario (ville natale de Shania Twain et de Patrice Desbiens). Titulaire d’un baccalauréat de l’Université Laurentienne à Sudbury et d’une maîtrise en Lettres françaises de l’Université d’Ottawa, elle habite Ottawa depuis 2007. Directrice adjointe et responsable des communications, elle travaille au Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF) depuis 2009 où elle s’occupe notamment de la présence du RECF à différents salons du livre.

 

Les opinions exprimées sur les blogues de anel.qc.ca sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’Association nationale des éditeurs de livres ou de sa direction. Soucieuse de la libre opinion, l’ANEL ne corrige pas les affirmations ou déclarations des auteurs indépendants ou des commentaires qu’elles suscitent. Elle s’assure cependant que le ton des textes et commentaires demeure en tout temps respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Partout la culture – Politique québécoise de la culture : Présentation de l’ANEL

Partout la culture – Politique québécoise de la culture Présentation de l’ANEL […]

L’humour transcende les générations

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », […]

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]