A+
A-

La culture du changement ou adapt or die! comme disent les Chinois

Catégorie: Divers
ebook

Vous m’avez lue et entendue répéter cette phrase à plusieurs reprises depuis mon élection à la présidence de l’ANEL en septembre dernier. C’est mon mantra. Vous pouvez bien dire que je radote, mais c’est un fait : notre monde évolue à une vitesse folle, les plaques tectoniques du changement se frappent de plus en plus vite et, pour survivre, nous devrons être mieux adaptés que les dinosaures.

Dans les dix derniers mois, on a vu arriver un nouveau gouvernement provincial qui nous promet des mesures pour aider la vente du livre – le marché, lui, n’attend pas et les problèmes s’accumulent; on a vu le crédit d’impôt à l’édition du livre se faire amputer de 20 %, et on nous annonce, dans les prochaines semaines, d’autres réformes possibles du côté de la fiscalité (sans parler encore des coupures dans les programmes, qui viendront sûrement). Du côté du fédéral, en décembre, le Fonds du livre du Canada nous annonçait des modifications importantes au programme de soutien aux éditeurs qui pourraient avoir un impact négatif sur une grande partie de nos membres, et en janvier, Simon Brault nous informait d’une réforme majeure au Conseil des Arts du Canada. De toute ma vie d’éditrice et depuis mon engagement associatif il y a 200 ans (!), je n’ai jamais vu autant de bouleversements en si peu de temps. Heureusement, Louis Dubé est encore là!

Votre Association fait tout ce qu’elle peut pour intervenir face à ces transformations. Vous avez également votre part à faire : vous pouvez rester les bras croisés et vous plaindre, mais vous pouvez aussi prendre des mesures pour vous adapter… ce que je vous encourage fortement à faire. Des stratégies de regroupement sont certainement gagnantes. Par exemple, certains éditeurs se sont mis ensemble pour mettre leurs ressources en commun: le RECF l’a fait il y a 25 ans; d’autres, plus récemment. Ce sont des actions de ce genre qui nous rendront plus forts et moins vulnérables face à tous ces chambardements et qui nous permettront d’en embrasser, oui « embrasser », les opportunités (la Saint-Valentin est à nos portes après tout!).

Photo de Nicole Saint-Jean en page d’accueil: nico-world.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Silence radio

Depuis l’automne, sans parler strictement de « silence radio » de Québec, on peut […]

L’humour transcende les générations

« Je crois qu’être drôle n’est le premier choix de personne », […]

L’édition québécoise et le monde francophone

14 juin 2017, par

Alors qu’il y a 400 ans, les explorateurs français voyaient l’Amérique comme […]