A+
A-

L’hybridation des industries culturelles et des communications: entre menace et occasion

Catégorie: Divers

Il y a quelques jours, j’avais le plaisir d’assister à diverses conférences et tables rondes à l’occasion du Booknet Canada Technology Forum 2013 qui se tenait à Toronto. Hormis les exposés traitant des indispensables métadonnées et des nouveaux outils statistiques et documentaires de Booknet Canada, on aura pu assister à une conférence fort intéressante portant sur le phénomène du E-Single. Le E-Single consiste en un livre numérique dont le contenu est caractéristiquement court (moins de 10 000 mots) et dont le prix est sous la barre des 5$: autant dire qu’il s’agit d’un très court livre, ou encore d’un très long article.

Nul ne sera surpris d’apprendre qu’un nouveau format fait son chemin à travers la forte tendance à la multiplication des formats, tant numériques qu’imprimés. Mais l’œil avisé aura également compris que cette nouveauté, qui consiste à exploiter une œuvre sous un maximum de formats plaisant à tout un chacun, pourrait également constituer une menace pour les éditeurs de livres.

En effet, le phénomène du E-Single nous plonge au cœur même de l’enjeu de l’hybridation des industries culturelles et de celles des communications: le format, à mi-chemin entre l’article de presse et le livre, incite non seulement les éditeurs de livres à s’y intéresser, mais également les éditeurs de presse. D’ailleurs, le Toronto Star, un quotidien torontois, avait délégué son personnel à ladite conférence afin qu’ils nous présentent leurs stratégies en matière d’E-Single alors que les éditeurs de livres des groupes Penguin et Random House étaient aussi présents pour nous présenter leurs activités à cet égard.

Certains chercheurs, notamment Philippe Bouquillion dès 2008 1, avaient identifié l’hybridation des industries culturelles et des communications comme un enjeu majeur auquel nous aurions à faire face. Force est d’admettre, non seulement à la lumière de l’émergence du E-Single, mais également au développement des activités d’édition de livres des quotidiens (La Presse), des hebdomaires (Voir) et des périodiques (La Semaine), que la concurrence en matière d’édition de livres se multiplie à un rythme qui s’apparente à celui de l’adoption des nouveaux formats.

Devant cette nouvelle concurrence interindustrielle, il importe, pour les éditeurs de livres, de jeter un œil avisé aux possibilités qu’offrent les nouveaux formats, aux nouveaux marchés que ces derniers peuvent offrir, et aux divers partenariats à réaliser pour se les approprier.

 

BOUQUILLION, PHILIPPE (2008). Les industries de la culture et de la communication: les stratégies du capitalisme,Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 308 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Nous étions UN

Nous étions mille cinq cents bien en vue sur les présentoirs, notre […]

Lire comme on respire

Le livre: un bien de première nécessité… S’il fallait choisir entre un […]

« La lecture est un droit fondamental pour tous », Wally de Doncker, président d’IBBY

En lisant les différentes chroniques et critiques de ce numéro de Collections, […]