A+
A-

Histoire de pêche

Catégorie: Divers
Pêche

Malgré le temps qui passe, les cheveux clairsemés et le pas un peu lourd, le petit gamin en moi n’est jamais bien loin. Je suis toujours prêt à dégainer l’émerveillement devant un gros camion, un paquebot géant ou un train ultra-rapide. Plus encore devant un documentaire sur les bêtes,  les toutes petites comme les énormes. Je lis, je regarde, j’écoute. Une curiosité aussi vaste qu’inutile. Va savoir pourquoi. Une excitation puérile à découvrir l’inconnu, l’étonnant, le bigarré.

Au cours du week-end, en feuilletant un magazine spécialisé dans l’exotisme, mon attention a été captée par un reportage sur le grand lac Victoria, dans l’Est africain. Un lieu paradisiaque, paraît-il. Il se partage entre trois pays. Pendant des siècles, les peuples qui vivent sur ses rives s’en sont nourris et abreuvés. Une biodiversité inouïe y foisonnait. Chacun y trouvait son compte, dans la belle insouciance que cela allait durer pour toujours. Jusqu’au jour où quelqu’un a eu la bonne mauvaise idée d’y introduire une espèce non indigène, mais délicieuse à la consommation : la Perche du Nil. Le loulou qui a fait cela n’a demandé la permission à personne. Il s’est cru dans son bon droit : pourquoi ne pas ajouter à l’ordinaire? L’ennui, c’est que ladite bête est un prédateur redoutable. Conjugué à d’autres facteurs, son introduction a précipité le déclin du lac en appauvrissant sa diversité. Résultat : la pêche de subsistance s’est effondrée, les jacinthes d’eau envahissent les berges, les pêcheurs doivent vendre les perches qu’ils capturent pour gagner de quoi acheter de la nourriture qui vient d’ailleurs. Au solde, la qualité de la vie des riverains en est dégradée. Quelque chose de leur liberté de vivre aussi.

Hélas pour moi, le petit gamin est aussi éditeur. En refermant le magazine, je me suis dit que l’écosystème du livre, c’est notre lac Victoria. La chaîne tient dans une tension fragile. On pourrait croire que cela relève quasiment de la loi naturelle. Or, il n’en est rien. Les règles du jeu assurent un équilibre, certes précaire, mais qui permet une vraie diversité. Quand chacun tient sa place, le lac nourrit son monde.

Les histoires de pêche, on en a déjà entendues. La pêche miraculeuse, on sait qu’en penser. Alors, ne laissons aucun joueur déverser dans le lac une Perche qui ne nous donnera rien de bon. On sait d’avance le résultat : nil!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]

Des occasions précieuses

27 janvier 2017, par

Cela ne fait pas si longtemps qu’on peut avoir accès au Québec […]

L’urgence et la patience

Un livre, c’est beaucoup de sueur, d’adrénaline, de temps… Le romancier Jean-Philippe […]