A+
A-

Écrire pour les ados

Catégorie: Divers
couvert_promo_collections_vol3_pt

Au milieu du siècle dernier, on pouvait compter sur les doigts d’une main (la droite) les auteurs de romans pour adolescents : Paule Daveluy, Monique Corriveau, Suzanne Martel, Henriette Major… des femmes presque exclusivement.

On écrivait d’ailleurs très peu à cette époque pour la jeune enfance si l’on excepte Tante Lucille (aucun lien de parenté). C’est à partir des années 1990 surtout qu’il s’est mis à pleuvoir des romans pour les adolescents, des romans dits « miroirs ». Depuis, aucun sujet, tabou ou non, n’a été épargné : intimidation, viol, drogue, fugue, séparation, amours déçues, suicide, identités sexuelles multiples, racisme, famille reconstituée, violence, itinérance; bref, tout a été scruté, analysé et… romancé pour mieux accrocher le jeune lecteur. Et qui plus est, tous les genres littéraires ont été abordés : le fantastique, la science-fiction, le policier, la poésie, le documentaire. On peut donc affirmer que cette littérature offre un paysage complet et de qualité au jeune lecteur.

L’adolescent n’est pas une bête aussi mystérieuse que l’on croit. Les Créateurs qui écrivent pour eux les côtoient généralement et, surtout, ils se souviennent très bien de cette époque pas si lointaine qu’ils ont eux-mêmes vécue. La mode et la technologie ont beau changer, le cœur du jeune, lui, change moins vite. Les jeunes ont tous besoin d’aimer et de se sentir aimés, ils ont besoin de liberté et de s’exprimer, avec force s’il le faut.

La littérature pour adolescents ressemble, sous bien des aspects, à la littérature destinée aux adultes avec la seule différence, notable, que l’écrivain pour ados se soucie véritablement et davantage de son public. Sinon, ce sont les mêmes thèmes vus sous un angle différent qui sont traités. Une de mes amies, à qui j’avais offert un roman pour adolescents, s’est exclamée à son grand étonnement : « C’était super intéressant ! J’ai adoré et j’ai été aussi très touchée. » Pour ma part, je n’étais nullement surpris de sa réaction.

La littérature pour la jeunesse et celle pour les adolescents ont aussi leurs vedettes. Il suffit de faire un tour dans les salons du livre pour voir la horde de jeunes qui font la file devant Catherine Girard-Audet, India Desjardins, Brian Perro et Alain M. Bergeron (par exemple, car il y en a bien d’autres). Ces jeunes sont passionnés, enthousiastes et prennent d’assaut sans gêne les stands de leurs auteurs vedettes alors que, souvent, les adultes sont plus timides devant leurs idoles littéraires. Il est aussi vrai, par contre, que certains (comme l’auteur de ce billet) doivent signer 753 signets avant de dédicacer un livre.

Reste le facteur temps : un vecteur cruel pour tous. Trop de livres, trop de spectacles, trop de musique, trop de tout, finalement. La civilisation des loisirs est arrivée, mais on a oublié qu’il fallait du temps pour en profiter. En littérature pour la jeunesse, on a tout dit. Tout sera sans doute répété sous une autre forme et, peut-être aussi, sur un autre support. Ainsi va la vie !

Bon, je vous laisse là-dessus pour que vous ayez plus de temps pour lire la revue Collections toujours fort bien faite… Et bonne lecture à l’ado qui n’est pas si loin en vous.

Ce texte a été publié dans Collections, novembre 2016, vol. 3, numéro 6

Photo de Robert Soulières en page d’accueil: Alexis K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Nous étions UN

Nous étions mille cinq cents bien en vue sur les présentoirs, notre […]

Lire comme on respire

Le livre: un bien de première nécessité… S’il fallait choisir entre un […]

« La lecture est un droit fondamental pour tous », Wally de Doncker, président d’IBBY

En lisant les différentes chroniques et critiques de ce numéro de Collections, […]