A+
A-

Complicité et ambiguïté

Catégorie: Divers
timthumb

À l’occasion de l’édition 2014 du Salon du livre de Paris, le Président de l’Association nationale des éditeurs de livres, Jean-François Bouchard, présente un mot d’introduction. Pour une sélection des livres québécois et canadiens-français qui seront présentés au Salon, rendez-vous à vitrine.entrepotnumerique.com

 

COMPLICITÉ ET AMBIGUÏTÉ

La relation entre le Québec et la France est faite de complicité certes, mais aussi d’ambiguïté. Le socle de la langue contribue à l’évidence de l’immédiateté des relations, de la richesse des communications et des échanges. La référence à un passé commun, bien que lointain, nourrit une fascination réciproque pour ce que nous sommes, ce que nous disons et nos façons respectives d’être au monde. Les riches amitiés transatlantiques tissées par des milliers de nos compatriotes permettent la circulation des gens, des idées, des parlures et des œuvres. Cette complicité forte donne à croire que tout est possible entre les deux nations. Une foi fondée en faits et en projets multiples.

Cependant les chemins du possible se perdent parfois dans le brouillard des ambiguïtés. Le premier de tous les malentendus : la société québécoise est résolument nord-américaine, pas européenne. La langue française en fait une communauté unique de l’outre-Atlantique, mais profondément ancrée dans les réalités d’Amérique. Les fondamentaux de la culture québécoise sont du Nouveau Monde. Ce qui entraîne le deuxième malentendu : celui de la langue. Nous parlons français de part et d’autre de l’océan, mais, dans le cas du Québec, un français singulier, fort de plus de deux siècles d’expériences collectives et de « survivance » assumée en une sorte d’insularité.

Entre Québec et France, la conversation continue se poursuit. Le dialogue pour ouvrir l’avenir est plus que jamais possible, un dia- logue qui prend note de l’altérité, condition vitale de toute relation féconde. Cette année, de nouveau, le stand de Québec Édition au Salon du livre de Paris sera un passage obligé du compagnonnage entre deux peuples qui aiment découvrir combien ils sont différents.

On y célèbrera les œuvres de deux auteurs qui sont autant de modèles de ponts entre cultures de langue française : Dany Laferrière, nouvellement élu à l’Académie française, et Marie Hélène Poitras, récipiendaire du Prix France-Québec pour le roman Griffintown.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]

Des occasions précieuses

27 janvier 2017, par

Cela ne fait pas si longtemps qu’on peut avoir accès au Québec […]

L’urgence et la patience

Un livre, c’est beaucoup de sueur, d’adrénaline, de temps… Le romancier Jean-Philippe […]