A+
A-

Buenos Aires, ville complètement littérature

13 mai 2015, par
Catégorie: Divers
sl28fo04

Buenos Aires, la capitale de l’Argentine, est une ville énorme qui grouille de créativité depuis La Boca, le quartier emblématique du ballon rond jusqu’à Palermo, quartier diversifié où respire le tango, la littérature et l’amour de la bonne chaire – ne ratez surtout pas le bœuf asado! Et, comme Montréal avec le fleuve St-Laurent, Buenos Aires, ville portuaire par excellence, puise son inspiration gastronomique et son dynamise culturel sur les berges du fleuve La Plata.

Pour se déplacer, la capitale dispose de six lignes de métro (appelé Subte) et plus de 100 lignes d’autobus qu’on surnomme Collectivos. Un moyen plus écolo de se rendre d’un endroit à l’autre est le système de prêt de vélos, comme Bixi, gratuit pour les habitants et les touristes. La mobilité y est exceptionnelle si l’on compare Buenos Aires à d’autres grandes capitales de l’Amérique latine.

La ville propose également une large offre culturelle. Il faut aller se promener sur l’avenue Corrientes, où il y a la plus forte densité de magasins de disques et de librairies, ou encore faire un tour à l’Usina del Arte, une vieille centrale thermique où on trouve, entre autres, les sculptures de Mafalda, le personnage de bande dessinée argentin le plus universel.

En parlant de littérature, celle de l’Argentine est l’une de plus prolifiques en langue espagnole. La plupart des lecteurs ont entendu parler des auteurs connus et influents tels que Jorge Luis Borges, Julio Cortázar, Leopoldo Lugones ou Ernesto Sabato. Mais il y a beaucoup d’écrits après Borges. L’émergence des auteurs de toutes générations et styles assure une relève dans les lettres. Selon Maximiliano Tomas, critique littéraire, « En Argentine, contrairement à ce qui se passe encore dans une grande partie de l’Amérique latine, il y a longtemps que les écrivains travaillent contre « le boom » (Ce mouvement littéraire qui a vu naitre les grands écrivains que nous connaissons aujourd’hui). Personne ne veut être García Márquez, Cortázar, Onetti, ni Borges. L’idée de créer un univers narratif propre, au fil des ans et des livres, n’est plus une condition ni une contrainte pour les écrivains contemporains. »

Parmi les nouveaux auteurs, soulignons Claudia Piñeiro, qui, en 2005, a publié un roman, Las viudas de los jueves (Les veuves du jeudi), qui a été vendu à 150 000 exemplaires, du jamais vu en Argentine. Eduardo Sacheri, l’auteur de La prengunta de sus ojos (Dans ses yeux), a vu son œuvre adaptée au cinéma (Le secret dans ses yeux) couronné aux Oscars en tant que meilleur film étranger en 2010. Toutefois, si vous allez dans une librairie à Buenos Aires et vous demandez pour un nouvel auteur, c’est fort probable que le premier titre qui vienne à l’esprit du libraire soit de l’auteure  Selva Almada, publié par le petit éditeur Mardulce. Son premier roman, El viento que arrasa (Après l’orage), a été vendu à plus de 10 000 exemplaires et a été traduit en plusieurs langues.

 

 

Foire du livre de Buenos Aires

La Fondation El libro s’en occupe de l’organisation des journées professionnelles de la Foire du livre de Buenos Aires. Chaque année, la Fondation accueille des représentants internationaux qui se donnent rendez-vous pour discuter d’échanges de droits, de réseautage et pour assister à la programmation culturelle et académique de la Foire. L’organisation offre aux participants de payer leurs frais d’hébergement et un montant de 200$ US pour couvrir leurs dépenses. Si vous désirez participer, il suffit d’envoyer une description de votre maison d’édition. 

La Foire du livre de Buenos Aires est une de plus grandes fêtes de livres au monde avec ses quelques 1 million de visiteurs annuellement. On comprend rapidement pourquoi l’Argentine détient un des plus haut taux de lecture de la région (6 livres par année par personne). Buenos Aires est une ville complètement littérature que les passionnés de livres doivent visiter au moins une fois dans leur vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Lire comme on respire

Le livre: un bien de première nécessité… S’il fallait choisir entre un […]

« La lecture est un droit fondamental pour tous », Wally de Doncker, président d’IBBY

En lisant les différentes chroniques et critiques de ce numéro de Collections, […]

L’économie : une affaire de démocratie

- 30% des nouvelles qui ont circulé l’an dernier, toutes plateformes confondues, […]