A+
A-

Autre gouvernement, mêmes défis

Catégorie: Divers
800px-Québec_-_Hôtel_du_Parlement_3

En vingt-deux ans d’existence, l’ANEL en a vu des gouvernements, de toutes les couleurs et à tous les niveaux de juridiction. Et c’est sans compter les décennies traversées par les associations du livre qui nous ont précédés. De nouveau, nous faisons face à un changement de régime à Québec, à des orientations politiques différentes de l’équipe sortante, à du nouveau personnel politique, et des interlocuteurs qu’il nous faudra apprivoiser.

Cela étant, les défis auxquels notre profession faisait face le matin du 7 avril sont restés les mêmes le lendemain du scrutin général. Forts de notre mission première de représentation et de revendication auprès de l’État, il nous faut mobiliser compétence, enthousiasme et vigueur pour faire avancer la cause du livre et de la lecture. Le changement de gouvernement nous oblige à remettre de l’ordre dans les priorités et à mener les opérations qui ont une chance de réussir.

Le ministre sortant de la Culture avait, dans une déclaration politique, annoncé qu’il déposerait un projet de loi pour réglementer le prix du livre et donner un statut juridique au livre numérique, des propos restés sans suite. La rumeur qui circulait (ou que l’on faisait circuler) était à l’effet que le texte du projet de loi était prêt avant que l’Assemblée nationale ne soit dissoute. Cela ne change rien à la réalité, et la réalité, c’est la vacuité. Le premier ministre élu a déjà dit qu’il reprendrait à son compte certains projets laissés en plan au déclenchement des élections. Toutefois, le texte d’une possible loi sur le prix et sur le livre numérique n’a jamais été déposé. Et, bien qu’il ne soit pas interdit de changer d’idée (surtout en politique), on sait que le Parti Libéral avait annoncé son opposition à une réglementation du prix du livre. Dans cette optique, il est difficile de croire que le nouveau gouvernement irait dans ce sens au cours de son mandat. Cependant, laissons au titulaire à venir du ministère de la Culture le soin de se prononcer clairement et publiquement sur le sujet avant de convoquer les pleureuses.

Cela étant posé, à court terme, il est deux impératifs auxquels l’État ne pourra pas se soustraire. Le premier est de donner un statut et une protection juridique au livre numérique. L’absence de toute loi et de toute réglementation nuit au développement du livre numérique et de son commerce. Dans l’écosystème dynamique et fragile de l’édition, le livre doit bénéficier des mêmes protections dans toutes ses formes. Le deuxième impératif a trait aux mesures structurantes. Si le gouvernement de M. Couillard décidait de ne pas légiférer sur le prix du livre, il aurait l’obligation de mettre de l’avant d’autres mesures structurantes pour assurer la vigueur de notre activité. Et, sur ce point, des mesures palliatives ou compensatoires ne sauraient suffire. Pas de pansements; des vitamines!

Ce défi, il nous appartient d’y contribuer en assurant un vrai leadership. Et, il faut l’espérer, en cohérence avec tous les intervenants de la chaîne du livre.

 

(Les opinions exprimées sur les blogues de anel.qc.ca sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion de l’Association nationale des éditeurs de livres ou de sa direction. Soucieuse de la libre opinion, l’ANEL ne corrige pas les affirmations ou déclarations des auteurs indépendants ou des commentaires qu’elles suscitent. Elle s’assure cependant que le ton des textes et commentaires demeure en tout temps respectueux.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Nous étions UN

Nous étions mille cinq cents bien en vue sur les présentoirs, notre […]

Lire comme on respire

Le livre: un bien de première nécessité… S’il fallait choisir entre un […]

« La lecture est un droit fondamental pour tous », Wally de Doncker, président d’IBBY

En lisant les différentes chroniques et critiques de ce numéro de Collections, […]